FORUM MÉDICAL ALGÉRIEN


 
Le Saint CoranAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion


Aimez vs Amis-med?
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
A consulté
Charte et Règles du forum
l'Équipe amis-med

Comment puis-je poster un sujet dans un forum ?
Héberger une image ; Mettre une signature
Niveau d'avertissement
Comité de conseil


Faire un don
amis-med sur facebook
amis-med

Derniers sujets
» Livre" Reeducation de l'appareil locomoteur memebres infer "
Aujourd'hui à 17:12 par alixpur

» Techniques d'échographie cardiaque (Masson)
Aujourd'hui à 15:30 par JABRI

» CAT et ordonnances types aux urgences
Aujourd'hui à 5:29 par mustapha elouehabi

» MÉGA-GUIDE PRATIQUE DES URGENCES 2016
Aujourd'hui à 5:16 par mustapha elouehabi

» Guide d'échographie pratique en anesthésie-réanimation
Aujourd'hui à 0:50 par yout

» Tempo Médical N°398 Avril 2017
Hier à 7:56 par JABRI

» INFERTILITÉ : Prise en charge globale et thérapeutique
Dim 21 Mai - 22:26 par matadia

» Physiologie de la Douleur
Dim 21 Mai - 8:56 par JABRI

» Collection Le Manuel Du Généraliste Edition 2017
Dim 21 Mai - 0:40 par sarhan68

» Revue Du Praticien Médecine Générale N°981 Mai 2017
Sam 20 Mai - 17:54 par rezoug

» Insulin therapy : A Pocket Guide-Springer 2013
Jeu 18 Mai - 7:10 par JABRI

» Le schéma dentaire
Jeu 18 Mai - 7:07 par JABRI

» La Lettre du Cardiologue Avril 2017
Jeu 18 Mai - 7:06 par JABRI

» Fiches pratiques d'odontologie pédiatrique
Jeu 18 Mai - 7:06 par JABRI

» La Lettre du Neurologue Avril 2017
Jeu 18 Mai - 7:05 par JABRI

» CANCÉROLOGIE DE L'ENFANT
Jeu 18 Mai - 7:03 par JABRI

» Collection ECN intensif (ELSEVIER / MASSON)
Jeu 18 Mai - 7:01 par JABRI

» Immunologie clinique-de la théorie à la pratique, avec cas cliniques
Jeu 18 Mai - 1:37 par nouness

» KB Cancérologie
Mer 17 Mai - 23:31 par mehdinho87

» Le Manuel Du Résidanat 2017 : Cancérologie
Mer 17 Mai - 23:29 par mehdinho87

Les posteurs les plus actifs du mois
hbkrossi
 
JABRI
 
KILANI
 
task
 
JAAFAR ABDELHAFIDH
 
MehdDay1991
 
yout
 
Dr STARSKY
 
tyacou
 
lengkimhong001
 
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 109 le Mer 29 Mai - 23:55
pub
Partenaires

Top Maroc
boosterforum
Mots-clés les plus tagués
À découvrir : #cours | #concours | #résidanat

Partagez|

"Tara", voilier de la biodiversité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: "Tara", voilier de la biodiversité Ven 4 Juin - 19:31

"Tara", voilier de la biodiversité






Premier bilan pour l'expédition Tara Océans. Le voilier, Tara, transformé en laboratoire flottant, a quitté Lorient le 5 septembre et se trouve actuellement dans l'océan Indien, à Mayotte. Sa mission ? Arpenter pendant trois ans toutes les mers du globe pour récolter et caractériser des organismes planctoniques - virus, bactéries, larves, protistes, algues, etc. - une vie microscopique, pour l'essentiel encore méconnue.

"C'est la première fois au XXIe siècle qu'on a l'ambition de refaire un tour du monde pour revisiter la zoologie et la botanique, grâce à la biologie moléculaire", s'est félicitée Françoise Gaill, directrice de l'Institut écologie et environnement du CNRS, lors de la présentation à Paris, mercredi 2 juin, des premiers résultats de l'expédition. "Ces recherches vont permettre de faire un "point zéro" de ces écosystèmes et d'étudier leur évolution", alors que la planète connaît une crise climatique dans laquelle la vie marine est partie prenante.
"Ces micro-organismes, c'est tout un monde, qui joue un rôle fondamental dans la régulation du climat, mais qui est aussi à la base de la chaîne alimentaire", souligne Eric Karsenti, chercheur du CNRS détaché à l'European Molecular Biology Laboratory (EMB) d'Heidelberg (Allemagne), codirecteur de Tara Océans. Comment ces communautés continueront-elles à absorber le CO2, à mesure que la concentration de ce gaz à effet de serre augmentera en raison des émissions d'origine humaine ? Quel sera l'impact sur leur fonctionnement de l'acidification des eaux liée à cet apport de CO2 ? Telles sont les questions que cet exercice de recensement naturaliste d'un nouveau genre devrait permettre d'aborder.
Tara Océans, et sa vingtaine de laboratoires associés de par le monde, ne se contente pas de filtrer la vie dérivante dans l'eau de mer, de la trier selon sa forme et sa taille grâce à des microscopes automatiques, d'analyser ses gènes - toutes activités qui supposent protocoles rigoureux et logistique sans faille sur une goélette de 36 mètres de long. L'objectif est de corréler cette masse de données avec les conditions physiques de collecte : température, profondeur (jusqu'à 2 000 m), salinité, acidité... Il s'agit de saisir chaque écosystème dans son intégralité.
Une gageure, quand on sait que, dans chaque litre d'eau de mer, on peut dénombrer "de 10 000 à 100 000 organismes planctoniques, de 1 à 10 millions de protistes et de 10 à 100 millions de virus", rappelle Colomban de Vargas (CNRS, Roscoff). Sans parler des bactéries, dont l'Américain John Craig Venter, sur son Sorcerer-II, fut le premier dès 2004 à décrire l'affolante diversité.
"Peut-on faire de la biogéographie dans les océans, caractériser des milieux de vie dans des frontières physiques, comme on le fait sur la terre ferme ?, s'interroge Fabrizio D'Ortenzio, du Laboratoire d'océanographie de Villefranche (CNRS, université Pierre-et-Marie-Curie). La réponse est oui, mais on est confronté à un nombre infini de structures - courants, tourbillons - dont les frontières bougent tout le temps." C'est pourquoi Tara ne filtre pas au hasard, mais sous l'oeil de satellites et de modèles numériques qui permettent de pointer les zones les plus caractéristiques.
C'est ainsi que des gliders, sortes d'automates sous-marins, ont été largués au large de Chypre pour étudier en profondeur un tourbillon dont les satellites ne percevaient que la signature de surface. A l'inverse, les échantillons puisés par le deux-mâts en Méditerranée ont aidé la NASA à calibrer certains de ses satellites, capables de percevoir depuis le ciel une partie de l'activité planctonique.
L'odyssée de Tara ne fait que commencer. Mais ses marins ont déjà dû affronter quelques coups de vent. Faire place à Djibouti à une dizaine de fusiliers marins venus les protéger d'éventuels pirates. Essuyer le refus de l'Inde d'autoriser l'entrée dans ses eaux, New Delhi voyant dans les chercheurs des biopirates potentiels venus piller les trésors biochimiques que sont susceptibles de receler les micro-organismes. De fait, la vie marine est une source infinie d'enzymes et de principes actifs susceptibles d'intéresser l'industrie.
Pour l'heure, celle-ci, comme les pouvoirs publics, se fait tirer l'oreille pour financer l'expédition : il manque encore 800 000 euros pour boucler son budget 2010. "C'est un casse-tête permanent", indique Etienne Bourgois, codirecteur du Tara Océans et patron d'Agnès b., qui espère que Tara ne sera pas entraîné dans le sillage de La Boudeuse, autre voilier "scientifique" cloué à quai, voire à vendre, faute de crédits.



Hervé Morin


ربنا لا تجعلنا فتنة للذين كفروا و اغفر لنا ربنا انك انت العزيز الحكيم
avatar
wafa
V.I.P
V.I.P
Medaille2
Féminin
Filière : Biologie
Messages : 1372
Points : 2122
Date d'inscription : 06/10/2009
Réputation : 14
Age : 26
Localisation : Algerie
Niveau d'avertissement : aucun  avertissement
Revenir en haut Aller en bas

"Tara", voilier de la biodiversité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM MÉDICAL ALGÉRIEN :: Autres filières médciales :: Biologie :: Biologie Marine-
Sauter vers: